Choisir un·e tuteur·rice

Pour exercer valablement la fonction de tuteur, il faudrait idéalement répondre à une série de critères.

Ces critères sont : 

  • être salarié de l’institution ;
  • avoir une expérience professionnelle probante, par exemple :
    • au moins 2 ans d’ancienneté dans l’institution pour la connaître suffisamment,
    • au moins 5 ans d’ancienneté dans la profession ;
  • être travailleur sans responsabilité hiérarchique ;
  • exercer une fonction identique à celle qui est apprise ou exercée par le tutoré ;
  • avoir de préférence la même formation initiale (surtout en cas de tutorat de formation) ;
  • travailler dans la même implantation que le tutoré ;
  • avoir un horaire compatible avec le sien ;
  • être un professionnel reconnu pour la qualité de son travail et sa bonne intégration au sein de l’équipe ;
  • avoir les compétences relationnelles et pédagogiques utiles à l’exercice de la fonction de tuteur, acquises via l’expérience (le cas échéant, validées via l’obtention du Titre de compétences de « Tuteur en entreprise ») ou via des formations ;
  • être volontaire pour exercer cette fonction de tuteur ;
  • disposer de suffisamment de temps pour exercer les missions du tutorat et continuer à se former.


Si tous ces critères ne peuvent être réunis dès le début de la fonction, envisagez un plan d’acquisition des compétences et/ou une réorganisation du travail, afin de s’en rapprocher.

Dans les institutions qui souhaitent s’engager résolument dans le tutorat, il convient que plusieurs personnes acquièrent les compétences liées à la fonction ; cela afin de mettre en place un back-up en cas d’absence du tuteur désigné, et de constituer une équipe de tuteurs formés qui peuvent échanger sur leurs pratiques.