Établir le profil de fonction de tuteur·rice

Le bon déroulement du tutorat dépend d'un ensemble de réalités.

Importance de bien définir le rôle

Important : l’institution confère au tuteur un rôle bien clair :

  • pour lui-même ;
  • pour le tutoré ;
  • pour ses collègues et sa hiérarchie ;
  • parfois aussi pour le public de son service ;
  • et bien sûr pour l'éventuel partenaire de formation ou d’enseignement.

Cela vaut donc la peine de consacrer du temps à préparer ou à mettre à jour un document qui dessine les contours de ce que l'on va confier au tuteur.

Pour formaliser les rôles, fonctions, missions, tâches, etc., chaque organisation a ses outils, ses formes et ses procédures ; il existe des profils de fonction de tuteur que l’on adaptera aux types de tutorat qui y sont mis en place.

Lien entre profil de fonction de tuteur et organisation de la fonction tutorale de l’institution

  • Les compétences individuelles ne sont pas les seules qu’il faut prendre en compte : examinez aussi la faisabilité organisationnelle. Des responsabilités de tutorat en plus d'une importante charge de travail, cela peut s'avérer contre-productif. Un temps de travail doit être dégagé pour la fonction : soit le tuteur peut et veut augmenter son temps de travail ; soit une partie de sa fonction de base est reprise par un collègue ou par une personne à recruter.
  • Être tuteur implique de développer une interaction plus large qu’avec seulement le tutoré concerné : il faut tenir compte aussi de l’environnement, de toute l'équipe. Car même si le tutorat est assuré par une ou plusieurs personnes précises, il s’agit d’un projet porté par l'ensemble de l'organisation.
  • Des outils spécifiques sont prévus dans le cadre du tutorat, mais la créativité et l'intuition importent : esprit d'initiative, souplesse, pragmatisme. Le contexte favorable au tutorat : des personnes responsables et une organisation qui « laisse des marges ».

Transmettre une culture professionnelle et institutionnelle

Pour le tutoré, le tuteur est une personne de référence et un modèle professionnel, dont il attend un partage de savoirs.
Le tuteur assure ainsi :

  • la transmission d'une culture professionnelle, liée à un métier précis, surtout à l'égard de jeunes travailleurs. Le tutoré a besoin d'informations claires sur l'organisation, notamment là où il ne détient pas les clés pour établir le lien entre les pratiques qu'il découvre et les valeurs et finalités de l'institution qui l'accueille ;
  • la transmission d'une culture institutionnelle propre, ce qui suppose qu’il adhère aux valeurs de son organisation.

Les rôles clés du tuteur

On peut distinguer quatre activités clés dans la fonction de tuteur :

  • accueillir et intégrer ;
  • accompagner ;
  • former ;
  • assurer l’évaluation et le suivi de l’apprentissage, en concertation avec l’équipe et avec les partenaires extérieurs concernés.

Définitions officielles de la fonction de tuteur en entreprise

Deux documents récents ont défini cette fonction :

  1. Un arrêté du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
  2. Un Titre de compétences « Tuteur en entreprise », émis par le Consortium de validation des compétences (CVDC).

L’arrêté du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles [1]

Il a fixé la définition du profil de fonction des tuteurs en entreprise.
Ce profil est d’application pour l’enseignement secondaire de plein exercice et spécialisé.
Les formations au tutorat mises en place pour le secteur non marchand, en collaboration avec l’enseignement de promotion sociale, se sont inspirées de ce profil, ainsi que de celui du Titre de compétences « Tuteur en entreprise ». (Voir partie 4.4 : Quelques accompagnements et soutiens spécifiques.)

Définition du titre de Tuteur en entreprise

Selon cet arrêté, un tuteur en entreprise est un travailleur que l’entreprise affecte à la formation, à l’accompagnement et à l’intégration de stagiaires en milieu professionnel. 

Profil de fonction

Participer à l’élaboration du projet de stage
  • Rencontrer le maître de stage [2]
  • Prendre connaissance du programme scolaire de formation du stagiaire
  • Fixer de commun accord la nature et le volume des activités à réaliser au cours du stage, en vue d’effectuer les apprentissages visés
  • Établir un mode de dialogue permettant une supervision efficace du stage, en ce compris son évaluation
Accueillir le stagiaire
  • Faire connaissance avec le stagiaire
  • Préciser les objectifs du stage
  • Expliquer les règles de sécurité et d’hygiène, l’utilisation des équipements et des vêtements de travail
Accompagner le stagiaire
  • Présenter son ou ses postes de travail au stagiaire
  • Expliquer le planning de travail
  • Intégrer le stagiaire auprès de ses collègues et de son environnement de travail
  • Expliquer les pratiques, les usages, les principales situations de travail et les tâches à accomplir
  • Décrire et transmettre les différents aspects du métier (tâches, culture de l’entreprise, déontologie, bénéficiaires)
  • Clarifier les usages explicites et implicites de l’entreprise (ligne hiérarchique, modes de communication, règlement de travail, méthodes)
  • Établir une communication efficace avec le stagiaire (l’écouter, répondre à ses questions, reformuler les consignes)
  • Le motiver, notamment en lui transmettant une image positive de son futur métier
  • L’aider à réfléchir sur ses pratiques et son vécu en entreprise
Assurer la formation du stagiaire
  • Assurer une progressivité dans le déploiement du projet de formation
  • Préciser la signification et la raison d’être des tâches
  • Faire exercer des tâches de complexité croissante
  • Transmettre des consignes claires, cohérentes et contextualisées
  • Mettre en situation sur le poste de travail
  • Utiliser différentes méthodes d’apprentissage aux moments appropriés (essais et erreurs, démonstrations, utilisation de moyens didactiques : vidéo, simulateur…)
  • Faire le lien avec les acquis théoriques du stagiaire et les mettre en relation avec leur application en entreprise
  • Participer à la synergie entre les apprentissages effectués en entreprise et ceux qui sont développés dans l’enseignement, afin d’en assurer la cohérence
Assurer l’évaluation et le suivi de l’apprentissage du stagiaire
  • Vérifier régulièrement la compréhension et l’assimilation du travail à accomplir
  • Donner régulièrement des feedbacks constructifs sur le comportement, les prestations et les résultats du stagiaire
  • Conforter ses bonnes pratiques et développer ainsi sa confiance en lui et en ses compétences
  • S’entretenir régulièrement avec le maître de stage
  • Adapter le projet de formation du stagiaire en fonction de son évolution
  • Établir un bilan de l’ensemble de son parcours

Le Consortium de validation des compétences [3]

Il a, quant à lui, défini en 2015 un Titre de compétences de « Tuteur en entreprise ».

Quatre grands thèmes sont repris :

  • Accueillir le tutoré
  • Accompagner le tutoré
  • Assurer la formation du tutoré
  • Assurer l’évaluation et le suivi de l’apprentissage du tutoré.

Consultez le profil de certification du consortium de validation des compétences.

[1] AGCF du 16-12-2015.

[2] Enseignant qui assure la préparation, l'accompagnement et l'évaluation des stages.

[3] cvdc.be
Pour obtenir un Titre de compétence, preuve officielle des compétences professionnelles, le candidat (chercheur d’emploi ou travailleur) doit passer une épreuve de validation des compétences dans un Centre de validation agréé.
Il s’agit d’une mise en situation professionnelle jugée par des professionnels du métier.